Théâtre en Mots

par Sylviane Bernard-Gresh
théâtre

Les Enivrés de Ivan Viripaev mis en scène par Clément Poirée

Les Enivrés

de Ivan Viripaev

mise en scène Clément Poirée

 

Auteur, réalisateur et metteur en scène, Ivan Viripaev est l’un des artistes les plus joués sur les scènes européennes. Sa pièce Rêves, présentée en 2002, l’a révélé en France.

Dans les Enivrés, l’auteur semble inspiré, à la manière de Rabelais , par le mythe de la Dive bouteille. Le vin révèle les dessous du visible et rapproche de la vérité. Huit personnages bien imbibés tanguent sur une scène qui tourne, sans cesse en mouvement (scénographie Erwan Creff); ils tiennent debout mais à peine, dans un monde instable et chaotique. Ils se bousculent, vibrionnent, cabriolent, tombent et se relèvent. Ils sont bourrés et leur parole est libre. Ils disent leur rapport à Dieu, à l’invisible, à la réalité. Ils parlent de leurs amours et de leurs trahisons. Au bord d’un gouffre vertigineux, ils expriment leur désir d’un amour insatiable et absolu tout près de la mort. Ils posent des questions sans réponses, dans une langue charnue, crue, une langue du corps qui sait aussi être une langue de l’esprit entrecoupée de bouffées lyriques. Une langue que les comédiens mâchent avec jubilation et où Dieu n’est jamais très loin: « Pour chacun des mots qui s’envolent de ta bouche, le Seigneur nous demandera des comptes » dit l’un des personnages ou encore « Parfois, j’entends le chuchotement du Seigneur dans mon coeur ». Ils affirment avec force la responsabilité de la parole. Ils racontent des épisodes baroques de leur vie: une mère morte qui est vivante, un ami que l’on prend dans ses bras en lui avouant qu’on a couché avec sa femme. Une nuit d’ivresse pathétique et burlesque qui alterne des moments de grande jubilation et des séquences plus longues, lourdes et empêtrées. Mais finalement, on abandonne nous aussi nos repères et l’on se laisse emporter dans cette nuit sauvage et grinçante à la limite de l’absurde.

 

Théâtre de la Tempête jusqu’au 21 octobre. tel 01 43 28 36 36. www.la -tempete.fr

Photos c. Hélène Bozzi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *